Nicolas Sarkozy

« La prévention c’est tout d’abord la certitude de la sanction » – NS

Le langage du pouvoir a un effet ; la perversion. Or comme le disait Confucius : « pervertissez le sens des mots et vous perdrez la liberté ». La liberté est-elle donc associée aux mots, ou ce à quoi ils se réfèrent ? Les médias ont pour effet pervers de déconnecter de la réalité ceux qui y travaillent, souvent inconscients de l’entreprise à laquelle ils se livrent (ils transmettent des informations qu’ils n’ont pas par eux-même vérifié), et ceux qui en consomment, que dis-je, ceux qui s’en constituent (qui acceptent l’autorité des médias comme pour l’expérience de Milgram : une majorité). Mais ne sommes-nous pas ici même aussi sur un média ? Les mots vecteurs de cohésions, ou au contraire vecteurs de confusions.

Pour honorer le bon principe (Ormuzd) selon des rites anciens, il fallait soigner les animaux domestiques, et cultiver le jardin ; cultiver le lien à la nature en somme, celui-là même que nous avons, pour beaucoup, perdu. Selon les anciens, la religion, c’est plus une question de pratiques communes que de dogmes partagés. L’argent est une valeur symbolique autour de laquelle la plupart de nos pratiques sont tournées. Comprendre ce qu’est l’argent n’est toutefois pas s’en libérer puisqu’il en faut pour vivre, et comprendre ce qu’est l’argent touche à la complexité des systèmes économiques érigés depuis des lustres. Les paroles de politiques sont bien divertissantes, mais le nerf de la guerre demeurera tant que l’obscurantisme autour de la création ex-nihilo de cette valeur symbolique ne sera pas déchiré. Les mots sont de nature symbolique, comme l’argent, et la manipulation des symboles peut exercer un grand pouvoir sur les esprits ; ils ont prise sur nos consciences et celle que nous partageons (culture).

Cependant j’ai la foi (pas en l’église) que je résume ainsi : « la nature de l’esprit est profonde pour notre conscience, et vaste par nature ». Je ne sais pas comment l’expliquer, mais lorsque je le constate (connexion) ça me remplit de bonheur. Sens, cohérence, et connexion : voilà 3 points que les discours paradoxaux des pervers qui cherchent le pouvoir pour eux-même cherchent à détruire tout en en donnant une apparence illusoire, mais séduisante (manipulation des espérances comme « liberté, égalité, fraternité »). Illusions bien fragiles confrontées à un discours sensé, cohérent, et connecté à la « réalité » que partagent ceux, conscients, à qui ils sont adressés, conscients eux aussi. Je fais ici la distinction entre conscience et esprit, l’esprit véhiculant l’attention qui permet de prendre conscience ; pour essayer de me faire comprendre. Mais comprendre ne se donne pas, cela s’induit.

Pour en revenir à la citation qui pervertit le sens du mot prévention (qui devrait s’interresser à l’ignorance et à la misère), je crois que Nicolas Sarkozy ne pourra plus se promener tranquilement dans les rues, et ce n’est que JUSTICE. Il récoltera le mépris qu’il a exprimé, j’en suis sûr.

Une réponse sur “Nicolas Sarkozy”

  1. Jean Luc Mélenchon tient des discours sensés, cohérents, et connectés aux problèmes actuels. Je n’ai jamais voté car je ne crois pas à la mascarade d’une démocratie représentative à la mass-médiatique tac des gens d’armes, soient-elles visuelles et verbales. Cependant le mouvement populaire du Front de Gauche fait renaître en moi l’utopie de la démocratie avec enthousiasme, et vigilance.

    En espérant que ceux qui pensent « plutôt Sarkozy que le Front de Gauche » n’en viennent pas à répéter les heures les plus sombres de l’histoire. Sur Libération dont l’actionnaire de référence est un représentant de l’oligarchie financière, Édouard aux mains d’argent (Rothschild), et où Anne Lauvergeon (ex patrone d’A rêve à une histoire qui n’a pas fini de s’écrire) représente l’oligarchie industrielle par excellence, Libération, journal prétendument de gauche, communique pour couper court à la montée en puissance de la révolte citoyenne ; sa doctrine fondatrice « peuple prend la parole et garde-la » manifestement méprisée.

    J’ai conscience que ce sont des accusations graves, et en mesure le danger potentiel : vive la résistance !!!

    Libération de la propagande !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *