Libération de la création monétaire

Billet de 5€ libération de la création monétaire
Libération de l’usure (riva) !
Libération de la création monétaire !
Libération de l’emprise de l’argent sur les esprits !
« Adore ce que tu as brûlé et brûle ce que tu as adoré. »
Placer une valeur symbolique dont la création demeure dans l’obscurantisme à la mesure de toute chose au lieu de garder mesure en toute chose inverse les valeurs humaines.
Sobriété = lucidité = sagesse.
Le seigneur est roi.
ROTHSCHILD PLOUTOCRATIE
Au nom de la loi je vous endette !!!
Loi n° 73-7 du 3/01/1973 art. 25 traités européens.
FRANC-MAÇON
QUENELLE
L’argent est roi
La dette souveraine
Lespeuples déchus
Très déchus !

 

Nos amis les prédateurs

Dans le hall de l’école primaire publique de la plaine du Cours à Saint Montan, la plus grosse de l’Ardèche, on peut voir un panneau réalisé par des enfants sur la grotte Chauvet. En voici une partie :

  

« C’est un cerf qui est content d’avoir un ami qui est un être humain. Il vient de graver sa main sur un mur en pierre. »

Il me semble que le rôle de l’enseignant est aussi d’apporter un minimum d’esprit critique aux enfants, or ici ce qui me frappe c’est de laisser croire à un enfant que dans le contexte de cette grotte préhistorique, du gibier puisse se considérer lui-même comme « content » d’avoir comme ami un de ses prédateurs.

Je reconnais là une imagination enfantine influencée par ces dessins-annimés, ces contes et ces histoires où la parole est donnée aux animaux, et où on leur prête de l’humanité. Une imagination qui inverse ici les rôles, même si on peut ressentir de l’empathie pour des mammifères qui en sont eux aussi pourvus.

Inverser les rôles ? Il est difficile de prendre conscience que peut-être nous sommes comme des animaux de ferme, et que des fermiers nous élèvent, nous nourrissent et nous soignent plus ou moins bien, nous tondent et nous envoient à l’abattoir.

Oui l’homme est un prédateur pour l’homme, et je préfère que les enfants en soient conscients, car ils sont à l’avenir plus qu’une « ressource humaine ».

J’imagine que les représentations de gibier avaient une place dans l’imaginaire des chasseurs, guidant leurs instincts. La faim connaît son objet. Mais maintenant beaucoup d’enfants ne voient sur les étiquettes que des images séduisantes mais trompeuses, ayant rarement l’occasion d’aller au potager, d’être physiquement au contact d’animaux qu’ils mangent.

               

C’est inquiétant d’en voir l’expression comme dans ce texte qui accompagne une autre partie du panneau :

« J’ai laissé la trace de ma main pour que le monde ait une trace de moi. J’ai observé les animaux dehors. Et je les ai redessinés dans la grotte, ça faisait joli et ça m’occupait.  Le taureau de droite va tuer le cerf. L’autre cerf sort d’une vallée. L’autre taureau a vu une proie. »

La maîtresse affiche cela à l’entrée de l’école ! N’a-t’elle pas expliqué qu’un taureau est herbivore et qu’il n’aurait même pas à se protéger d’un cerf qui partage le même régime, qu’il n’est pas carnivore comme le sont ses prédateurs ou toréadors ?

Lettre à Royal

Si d’aventure ce message pouvait – grâce à vous je vous en remercie – parvenir à l’attention de Madame Ségolène Royal.

Madame Royal,

La situation est la suivante ici :

L’argent est roi,
La dette souveraine,
Les peuples déchus,
Très déchus !

Alors s’il vous plaît ne nous vendez pas des chimères.

« La vie – c’est connu – ne dure qu’un instant. Si tu ne sais la grandir, ne la réduit pas. Si tu ne sais la respecter, ne la ridiculise pas. » – Tara, philosophie de l’infini transmise par des griots maliens selon Aly Diallo dans « La révolte du Kòmò »

Or une valeur symbolique est placée à la mesure de toute chose au lieu de garder mesure en toute chose, et sa création demeure dans l’obscurantisme digne de la secte la plus puissante que l’histoire connaisse. Secte pour qui le sang, les larmes, les morts que font les guerres et les conflits sont des sacrifices utiles au pouvoir qu’elle convoite, et qui possède, maudit.

La flamme est réduite comme le pépin indigeste que la merde fertilise à la naissance d’un arbre. Heureusement il y en a des flammes, des pépins non digérés, des merdes, et des arbres dans la vaste forêt que nous formons du simple fait de respirer son oxygène !

Alors que dire que merci, même si ça sent parfois mauvais, puisque l’argent a désormais cette odeur ?

Si vous croyez que c’est de l’argent qu’il faut pour vivre, détrompez-vous, ce n’est pas de l’argent qu’il faut pour vivre, mais respirer, boire, manger, dormir au chaud et au sec, se laver, se blanchir, se soigner, et pas accessoirement mais essentiellement, aimer. Pour tout cela, j’en ai fait l’expérience une quarantaine de jours en partant des matins le ventre vide ; l’argent n’est pas absolument nécessaire. Je peux même affirmer qu’il m’a été plus facile de cesser d’utiliser de l’argent, que cesser de fumer, ce que j’essaye encore de faire à présent.

Je n’ai jamais autant donné ce que j’aime faire qu’à cette période là, libératoire selon mon sentiment. Croquis et galets gravés, on ne m’appelait pas toujours l’artiste, mais on m’appelait.

L’entraide est une absolue nécessité pour les mammifères que nous sommes, respecter l’interdépendance ce n’est pas forcément l’organiser, mais au moins ne pas profaner l’harmonie quant elle est. J’ai une profonde pensée ici, pour un petit village du Mali.

Non, l’argent n’est pas une absolue nécessité, encore une fois j’ai fait par moi-même l’expérience que le croire est faux, et il y a d’autres exemples – quand on fait l’effort de vérifier – de gens qui vivent sans eux-mêmes utiliser de l’argent. Il y a des croyances, des conformismes, un système de croyances et de conformismes qui forment des normes, et il est normal d’utiliser de l’argent ici-bas, c’est un fait. Mais il y a des normes contre-natures, beaucoup trop ! J’en avais déjà marre quand il y avait Malabar…

Un indien chaman d’Amazonie l’a fort bien dit en quelques mots : « le peuple de la marchandise ». Voilà ce que fait de nous l’argent tel qu’il est à ce présent qui passe, il faut qu’on se le dise.

Quelques questions de bon sens :
Est-ce qu’un arbre vend ses fruits ?
Est-ce qu’un oiseau a besoin d’argent ?
Est-ce que tu crois être moins intelligente qu’un arbre ou qu’un oiseau ?

***

En espérant que cela vous rassure au cas où vous craigniez une crise monétaire majeure, comme abandonner l’€uro afin de revenir à un Franc sans usure dès sa création. Il ne me semble pas être « socialiste » d’accepter cette usure comme principe favorable à une minorité et comme moyen de parasiter l’économie, mais plutôt être la trahison de ce que pourrait être le « socialisme », tout comme de ce que pourrait être la « démocratie », comment est la « justice » sinon, un ordre malsain ?

Là est le fond de la réelle crise qui ne nécessite pas de croissance économique, mais au contraire de partager des valeurs humaines telle la sobriété, valeur des plus écologique, qui plus est heureuse dans son partage, et sage dans son respect.

Cordialement,

Cyril Delacour

PS Des mots que rassis : « Qui est mon adversaire ? Il n’a pas de nom, il n’a pas de visage, cet adversaire c’est le monde de la finance » – François Hollande lors d’un discours de campagne présidentielle.

(..)

Une réalité

Je m’exprime sur des réalités qui n’en forment qu’une après avoir lu écrit par quelqu’un :
« Créer consciemment sa propre réalité ?!? »

D’abord je la sens, avec cette brise d’air toujours chargée d’odeurs à fleur de peau,
ensuite je l’entends d’aussi loin que viennent ces senteurs touchantes de légèreté,
la fenêtre ouverte sur la myriade de goutes de pluie et ses écoulements qui grossissent la rivière,
cette réalité qu’un moteur dérange sur la route en goudron,
ici avec ces électrons produits par des centrales.

Depuis la zone la plus nucléarisée au monde.

La zone proche de Saint Montan,
un beau village médiéval où pousse la menthe de mon thé et ma buissonnière.

La mise ère
Condition née
Du nucléaire…

FukushimA rêve à une histoire qui n’a pas fini de s’écrire.

Dong au clocher, c’était une demie-heure de la nuit dernière entre le 8 et le 9 aout 2013.

24 juillet 2013

Préparatifs du marché africain de Saint Montan.

Affiche du marché africain Saint Montan 2013
Cliquez sur l’image pour accéder au site de l’association Burkinamitié

Le prochain marché africain aura lieu les samedi 27 et dimanche 28 juillet 2013 de midi à minuit, place de Poulallé à Saint Montan en Ardèche.

Découvrez le programme du week-end.

Concerts gratuits Samedi et Dimanche en fin d’après-midi et en soirée
Animations diverses
Ateliers enfants
Restauration africaine assurée par l’association « ON VOUS INVITE CHEZ VOUS » de Luc et Niamar NDOUR
Buvette, Restauration rapide, Crêpes, Gaufres
Des marchands ambulants professionnels ou associations à but humanitaire participeront à cette manifestation.
Ils vous proposeront leurs spécialités et leur artisanat.

Venez nombreux !