Rejet de la différence

« Mais derrière la fable, il y a aussi une morale qui serait le rejet de la différence. »

Selon un article (flash festival avec le Midi Libre) du festival international du film méditerranéen de Montpellier, le CINEMED, Manuel Pradal, le réalisateur de « Tom le cancre« , film pour lequel je me suis compromis comme père et photographe de plateau, a affirmé le rejet de la différence comme moral. La réalisation de ce film de cinéma est venu profaner ma vie familiale et troubler la vie de mon village par l’exacerbation du narcissisme, ce qu’opère un tel média (tout le monde voit des films, mais bien peu y sont vus).

« Le rejet de la différence » ? Mais quelle différence ?

Je ne sais pas quelle différence Manuel Pradal évoque, mais au moment où il est interrogé je suis le seul de l’équipe à dénoncer le travail illégal des enfants dans cette œuvre et à m’opposer à l’utilisation de l’image de mon enfant.

« Ravissement » ?
En effet, je suis privé de l’exercice de l’autorité parentale, et du quotidien que j’avais avec Mila, où nous nous épanouissions ensemble, la plus jeune actrice du film dont l’image est utilisée malgré mon opposition (devant un cas de conscience, par principe moral, n’acceptant pas les mensonges, et le mépris qui les accompagne).

Source : Flash Festival n°5 avec Midi Libre : 34eme CINEMED (Montpellier) le 31 octobre 2012 (pdf en lignecopie).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *