L’art gens d’armes, soit-il sensé!

Un gendarme, l’adjudant Pages de Bourg Saint Andéol pour ne pas le nommer, a aidé ma femme à séquestrer notre enfant, et le lendemain à l’enlever en vacances je ne sais où pendant que je déposais pour violation de domicile, et ce avant qu’une décision de justice donne la jouissance de notre domicile conjugal donc, à ma femme. J’ai déposé le lendemain pour violation de domicile conjugal alors que j’avais demandé si je pouvais entrer avant de le faire (devant témoins en plus) sous la menace de me faire enlever mon camion, j’avais prévenu que je voulais voir ma fille, et que je restais à côté de la maison. La veille de cette déposition les gendarmes me retenaient par la force et je criais « Mila je t’aime, je veux m’occuper de toi ». Rien à faire. Rien à dire. La justice est un mythe qui t’engage à accepter, soumis, l’injustice qu’elle provoque, et ensuite à se battre contre elle, avec elle.

« Qui transformera ma tête en fontaine et mes yeux en sources de larmes que je pleure jours et nuits les tués de la fille de mon peuple » – Bible un peu après le hasard.

« La fille de mon peuple » : démocratie, justice ou encore Jérusalem ?

Lola – Surry le Contal – Octobre 2003

L’adjudant Pages est passé dans ma galerie bien après ces évènements, pour faire une enquête de voisinage. Mes voisins du dessus avaient eu leur porte enfoncée, et on les avait volé. Mon atelier et ma galerie, alors que j’étais absent, étaient restés ouvert, rien ne manquait. Il a dit dans ma galerie, comme pour se justifier, me reconnaissant, que ce n’est pas comme des manouches qu’on élève des enfants. Je lui ai montré cette photo « Lola et le hérisson » en répondant, « mais je les aime bien, moi, les manouches ».

J’ai ensuite écrit  « Vous ne pouvez pas emmener vos enfants pour une semaine ou deux de camping. L’art gens d’armes, soient-elles sensées ! » sur la grille de la gendarmerie des Saintes Maries de la mer après les avoir fait battre en retraite, en colère juste après ce que je raconte plus haut, en colère pour la séquestration et enlèvement de mon enfant. En repassant, un peu plus tard, j’ai fait l’agneau et effacé ce que j’ai inscrit à la craie avec le sceau d’eau et l’éponge qu’ils m’ont donné, j’ai fait l’agneau car la bavure était proche, énervés pour cet « acte de destruction de bien militaire ». Je leur ai calmement dit, ce n’est pas un acte de destruction, mais un acte de création, qu’est-ce que j’ai détruit ?

Une autre histoire

J’avais fait des domiciliations postales pour des rroms à St-Étienne, le procureur a demandé une enquête, j’ai été « invité » dans un commissariat. Je n’ai JAMAIS entendu un discours aussi raciste, le « chef » disait haut et fort dans son commissariat que ces rroms ne sont pas des hommes mais des merdes. Je commence à comprendre comment certains peuvent avoir l’esprit tout à fait retourné, comment ils en viennent à parler à l’envers, et à marcher sur les têtes (pas seulement la leur hélas). Je crois que c’est d’une part l’administration qui leur offre des postes où l’autorité s’exerce « personnellement », et d’autre part de le faire pour une valeur symbolique, l’argent, qui draine un égrégore pour le moins négatif.

Voilà condensé en une phrase : l’art gens d’armes, soit-il sensé !

Monsaigneur Édouard de Rothschild

Actionnaire de référence de Libération, tenez-vous tant à l’héritage de la loi du même nom que le vôtre dont l’article 25 est repris dans les traités de Lisbonne et Maastricht ?

Car saviez-vous que suite à la phase de rapine du capitalisme, le socialisme se passerait bien de la mascarade d’en faire un parti politique en alternance divertissante sur le fait que sa compromission d’avec le capitalisme tient à l’acceptation de l’usure comme principe et comme moyen (légal) de parasiter l’économie réelle et de permettre aux plus riches de capter les richesses alors que la création monétaire demeure dans l’obscurantisme pour une majorité (à l’abstention) et dont la gestion n’est en rien « démocratique ».

Ni gauche ni maladroit, le seigneur est Roi alors que la dette est souveraine par vos illusions et votre mépris entretenus à notre encontre.